EXERGUES POÉTIQUES DES COUVERTURES

16 • le temps se laisse voir / il suffit d’ouvrir la fenêtre pour qu’elle avale le ciel [Aimée Dandois / Danièle Panneton]
15 • dans un univers transitoire / tant d’horizons appuyés les uns sur les autres [André Jacob / Odile Brunet]
14 • si le bleu t’inspire laisse-lui sa chance / les couleurs ne sont pas interchangeables dans la vie [Éric Roger / Dany Laferrière]
13 • plier devant le seul véritable maître : la Nature [Raôul Duguay]
12 • Je rêve d’un sentier / J’en parle à voix basse / Voilà que l’idée fait le tour du village / Comme l’eau du ruisseau [Richard Séguin]
11 • Se tourner vers la lumière, à l’image d’une plante. Vite, vers les bonnes nouvelles, les quelques victoires… [Claire Varin]
10 • Que le paysage d’une vie ne se laisse prendre dans sa totalité, sinon un jour au détour des mots… [Martin Thibault]
09 • Il ne fait pas toujours beau temps / j’ouvre alors ma plus grande porte / et tu envahis l’espace [Yves Boisvert|
08 • aujourd’hui / pour demain / s’écrit une partition chorale / en courtepointe cousue / de retailles d’origines plurielles [Leslie Piché]
07 • j’ai secoué l’Aube / impatiente / tout s’est ébranlé / lentement // puis des fleurs / plein de fleurs / partout / dehors dedans devant derrière / entour pourtour autour [Marie Dupuis]
06 • la démesure toute simple / d’une symphonie / silencieuse / la promesse de demeurer / mystère accessible / la permission de rêver [Diane Landry]
05 • Était-ce à l’aube ou au crépuscule / Que je dansais ainsi sur le chemin ? / Je cherchais un grand feu / Avais-je si froid ? / Ne reste plus que ces brindilles / Et une grande faim qui se creuse / Où que j’aille / D’où que je revienne. [France Bonneau]
04 • quand nous serons assez nombreux / nous partirons à la file indienne / avec chacun nos histoires / nous parlerons en langues / plus étranges que les vents du fleuve / nous remuerons nos territoires / pour n’en faire qu’une grande pièce
un camp de toile humaine [Jean Sioux]
03 • aurons-nous le temps / de tout nous dire / et d’arrêter d’être effrayés / par nos tendresses / nos chutes communes // pourrons-nous tout écrire / d’un passage du vent / sur nos visages / ces murmures de l’univers / ces éclats d’immensité [Hélène Dorion]
02 • Toi qui veux approcher la mer / En évitant ses pièges, en délaissant / Les images pavoisées qui passent, / Résistent au vermeil : qui es-tu ? // Comment pourrais-tu te rassasier, / T’ouvrir l’esprit… [Fernand Ouellette]
01 • Et quand le torse du destin se bombe de la puissance des songes, on appelle cette hérédité fugace : un bonheur. Car entre ceux qui survivent, ceux qui veulent changer la vie, ceux qui essaient de changer de vie et tous les autres qui souhaitent seulement prolonger l’embellie, il m’arrive.. de trouver mon Espace. [Patrick Coppens ]